20/09/2007

J'ai écrit.

Aujourd'hui, justement, j'ai écrit...

J'ai écrit parce que j'avais besoin d'un bout de ciel, d'un endroit rien qu'à moi nimbé de mes couleurs. Comme quand on se crée un nid chaud et douillet pour dormir. Je me suis fabriquée une sérénité en vert! Pourquoi vert? Est-ce parce que c'est la couleur de l'espoir? En fait, je n'en sais rien, ça s'est imposé comme ça. C'est pour cela aussi que j'aime écrire, parce que je m'étonne moi-même du mot d'après, de celui qui naîtra au bout de ma plume, presque à mon insu.

J'ai écrit parce que la réalité ne me plaisait pas et qu'ainsi je pouvais changer le cours des choses. J'ai écrit tout ce qui sera, et j'ai oublié ce qui est... car aujourd'hui est effaçable.

J'ai écrit toutes tes émotions à venir, tous les mensonges que tu créeras pour moi, tes hésitations et tes envies de ne pas rentrer. J'ai entendu dans le creux de mon oreille, tous les mots que tu diras et qui te feront peur. Tes gestes aussi quand tes doigts dans mes cheveux... ou quand tu me retiendras par mon écharpe...verte...en riant!

J'ai écrit notre futur. Celui que tu pressens, celui que je ressens. Il ne sera qu'éphéméride peut-être, tel un calendrier dont on détache chaque jour une feuille; ou bien il n'aura pas de fin...

Et tu l'écrira toi aussi, tu coucheras sur papier les phrases qui déjà hantent ta tête. Tu décortiqueras le mécanisme inébranlable de cette machine qui s'est mise en route depuis nos regards nouveaux, et qui ne s'arrête pas, ne s'arrête pas, ne s'arrête pas. C'est une spirale de songes érotiques et de rêves poétiques. Roméo et Juliette te font rire, seule notre histoire te parait romanesque.

Et tu la calligraphies sur ma peau à l'encre indélébile...

 

0511081457_ecriture_t

14:00 Écrit par Syolann | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

11/09/2007

Fatiguée??

dyn004_original_423_600_jpeg_236_db04dcd5232523834b9cef28e1fde7be
 

Au bout d'une plume paresseuse, mes mots glissent... goutte à goutte, sur des post-it.

      Essence des émotions présentes à aligner plus tard dans un petit cahier.

 Envie d'écrire pourtant et paresseuse en même temps.

                                     Hibernation avant l'heure par trop de manque de soleil.

Etourdissement, overdose de sensations par trop de manque de sommeil...

;-))

19:49 Écrit par Syolann | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

05/09/2007

Quatre jours après mon retour...

Déjà en manque de ce soleil qui coulait sur ma peau. Eblouissant, vivifiant, il me donnait une couleur de miel et des envies sucrées.

Déjà en manque de tes mots qui se déroulaient jusqu'à plus d'heure. De ces nuits que je prenais pour le jour, ou le contraire. Pas d'entrave à la torpeur qui suivrait, pas de réveil strident pour quitter les rêves à 7h.

Déjà en manque de cette insouciance, de cet agenda aux pages blanches.

Déjà en manque de cette vie sans timing, de manger quand j'ai faim même si c'est à 3h du matin, de dormir quand j'ai sommeil, même si c'est l'heure où tout le monde s'éveille....

Je suis en demi teinte, en prose poétique...

J'ai envie de prolonger tous les instants qui me touchent, te kidnapper sans penser que le temps nous est compté. Je veux oublier la course des jours, et ce que l'on nomme "calendrier". Marre de découper mon temps en petites tranches bien organisées.

Donne-moi la langueur de tes phrases et bouscule mon quotidien speedé mais sage. Je veux plonger dans tes yeux ou me perdre dans tes messages...

23:23 Écrit par Syolann | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

02/09/2007

Le retour et la rentrée...

Longtemps absente mais régénérée grâce à un style de vie différent,  à des rencontres troublantes,  des paysages nouveaux... Un petit bout de poésie ici pour reprendre le cours du blog aussi....

Menottes_300


Photo Arnildo

www.arnildo.com

 

Attache-moi…

 

D’un regard, d’une parole,

Ou de ton sourire qui me rend folle.

Par quelques caresses,

Un excès d’ivresse…

Avec tes mots moqueurs,

Tes désirs ou tes leurres

 

Attache-moi…

 

Par délices

Dans de tendres sévices

Tes dents dans ma chair

Tes griffes que j’espère.

Donne-moi ton feu,

Plus encore, si tu veux.

 

Attache-moi…

 

D’instants fugaces

De tempêtes et d’audaces

On va se dessiner des souvenirs

Une aquarelle de plaisir

Diluée dans l’émulsion de nos corps

Marquée d’une main qui signe « Encore »…

 

 

14:27 Écrit par Syolann | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |