02/04/2007

suite (1)

7524116_p

 

Je m'installe à ses côtés, sur le tabouret de pianiste. Ma jupe courte dévoile plus encore mes jambes dorées par le soleil de juillet. La mélodie s'arrête instantanément, il me prend dans ses bras et sans plus attendre, pose ses lèvres sur le lobe de mon oreille. C'est mon point sensible, il le sait parfaitement et s'amuse avec délectation des frissons qu'il me provoque. Sa langue, à présent, est sur mes lèvres, dessinant leurs contours avec une infinie lenteur, les humectant de salive. J'aspire son souffle chaud. Quand enfin Nicolas m'embrasse profondément, je sens ses mains sur mes cuisses, elles ne s'arrêtent pas là, montent encore et encore, s'insinuant sous ma jupe. Il me fait perdre toute contenance et chavirer dans une excitation telle qu'elle me pousserait à être à lui, là, tout de suite, sur ce siège incongru.

 

Mais c'est notre "première fois", il faut "bien" faire les choses...

 

Alors, réprimant mes tremblements, je m'aventure sur le chemin de son corps. Lentement je déboutonne sa chemise, embrassant la chair qui se dévoile au fur et à mesure dans l'échancrure que je crée. Je laisse la caresse de ma bouche s'intensifier au point de me donner l'envie de laisser sur sa peau une marque de convoitise d'amour si impudique.

 

Nos élans, nos baisers, nos caresses, nos audaces me laissent  entrevoir un avenir sensuel plein de promesses.

 

Et si nos folies se rencontrent?...Si nos folies se rencontrent?

 

(A suivre...)

 

14:28 Écrit par Syolann | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

difficile de ne pas chavirer.....

Écrit par : bdu | 02/04/2007

kikou Belle plume toujours, celle qui caresse les mots comme on caresse le corps désiré. kiss

Écrit par : mik | 02/04/2007

Merci de ton passage sur mon nouveau blog. Venir te lire n'est pas folie car cela nous fait un grand bien. Bizz

Écrit par : jicé | 02/04/2007

Fidèle à ma promesse... Je viens lire la suite... et je ne suis pas déçue: waou, chaud! mais s'ils envisagent de n'avoir pour seul support que le tabouret de piano, çà peut devenir périlleux et ils risquent de ne pas pouvoir achever la partition.
Allez, offre-nous une jolie suite bien corsée.
Bisous et bonne soirée.

Écrit par : mimi | 02/04/2007

Alors, alors ??? Si les désirs se rencontrent ??? Vont-ils se rencontrer d'ailleurs ? L'impatience me gagne, me brûle ! ;-)

Écrit par : Brigitte | 02/04/2007

Hmmmm !! Tu as vraiment l'art de décrire des scènes coquines comme peu savent le faire !!! C'est très réussi... Faut-il vraiment décrire la suite ? Ou laisser l'esprit errer en goûtant au plaisir des mots qui l'ont guidé ?...
Merci pour ton passage sur mes photos de Venise. Je reviendrai aux textes plus tard mais là j'avais une recette à publier. Bisous et bonne semaine
Jef

Écrit par : quarkenciel | 03/04/2007

Ils ne peuvent... êre que délicieusement bon...J'attend la suite avec impatience!
Bisous

Écrit par : baby | 03/04/2007

Oh la la Je m'échauffe moi par ici. J'appelle de ce pas mon namoureux. Je ressens une soudaine envie de lui. :)

Bisous bisous

Écrit par : La Bohème | 04/04/2007

!!! Il fait bien chaud par ici!!!!

Comme je vois, on n a pas l'air de s'ennuyer :-)

à bientôt pour la suite....

Bonne soirée, bises

Écrit par : mnb | 04/04/2007

Aie ouille ! Malin ça, j'étais tellement pris par ton merveilleux récit que j'en suis tombé moi, du tabouret, et ça fait mal ! Mdrr
Bizz aux deux namoureux alors !

Écrit par : marc | 05/04/2007

Quel érotisme torride..à faire bander un martyre, à damner Saint-Pierre et saint-Antoine, et rendre celui-ci incapable de retrouver la clé du paradis égarée par Saint-Pierre dans son excitation paroxystique. Bon w-e pascal.

Écrit par : Edouard | 05/04/2007

Les commentaires sont fermés.